Ursula Von Der Leyen : « Transformer les défis d'aujourd'hui en occasions à saisir »


591 vues

Durant un discours d'une trentaine de minutes, la ministre de la défense allemande n'a eu de cesse de ramener l'écologie au centre de son propos.

« Maintenir la planète en bonne santé est le premier objectif »

L'objectif affiché est clair : l'Europe doit devenir « le premier continent écologique d'ici 2050 ». Pour arriver à ce but, l'ancien objectif d'une diminution de 50% des émissions de CO2 d'ici 2050 est rapproché à 2030, et sera inscrit dans un nouvel accord vert pour l'Europe dans les 100 premiers jours en fonction de la candidate, si elle est élue.

Un projet de déblocage de fonds de « 1 milliard d'euros » est également prévue, pour soutenir les investissements écologiques.

Plan d'investissement, taxe carbone à la frontière, fond de transition … Autant de mesures que Ursula Von Der Leyen souhaiterait mettre en place.

« Faire en sorte que le travail soit rentable »

Pour assurer une meilleure équité face au travail, notamment chez les jeunes, un projet de réassurance chômage européenne pourrait être crée, permettant de « compléter » ce qui existe déjà dans chaques pays de l'Union.

« La voie européenne, c'est mettre à profit notre population, notre talent, notre diversité »

Le budget Erasmus + serait ainsi triplé dans le cadre du prochain budget à long terme. Une garantie de parité entre hommes et femmes chez les commissaires européens assurée, dans le but d'envoyer un « signal fort ».

"Je suis prête à envisager un report de la date de sortie si plus de temps est necessaire"

Concernant le Brexit, la candidate s'est dite prête à un énnième report de la date de sortie, si un accord concernant l'ile d'Ireland ne pouvait être trouvé en temps et en heures, provooquant de nombreux applaudissements dans les rang des partis dits centristes (Parti populaire européen, parti libéral, parti social-démocrate) et un tollé dans d'autres partis, notamment les membres du Parti du Brexit, avec à sa tete Nigel Farage. 

Une candidate qui peine à convaincre en dehors du PPE

Le Parti Populaire Européen, groupe politique dont est politiquement proche Ursula Von Der Leyen, soutient la candidate via son président Manfred Weber. « Nous soutenons sa candidature de facon déterminée ».

La présidente du groupe social-démocrate Garcia Perez remarque « une lettre qui va dans le bon sens » tout en demandant « davantage de garanties ».

Le président du groupe libéral Renaissance un « leadership européen et pro européen réel ».

Lamberts pour les verts parle de la « maison Europe qui brule » et « sent poindre une idée de conditionnelle dans les idées climatiques [de la candidate] » avec «beaucoup de flou ». Il accuse ainsi, de par ses mesures, Ursula von Der Leyen de « réinventer la roue ! ». 

"Vous dîtes aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre" 

Tel est la phrase du député Reuthen, du groupe identité et démocratie.

Il a ainsi accusé la candidate d'avoir rendu, en tant que ministre de la défense, « les troupes [allemandes] inutilisables » et voteront donc « contre cette candidature ».

Le groupe des conservateurs et réformistes européens (ECR) demande, quand à lui, « davantage de précisions ».

Schirdewan du GUE/NGL exorte la candidate à « rompre avec la politique néolibérale ». Ils ne voteront donc pas pour Madame Von Der Leyen.

« Il s'agit de contrôler tous les aspects de notre vie via une forme antidémocratique neocommuniste »

L'intervention du très attendu parti du Brexit, en la personne de Nigel Farage fut encore une fois pleine de surprise, remerciant la candidate de sa prise de parole qui « a permi de rendre le Brexit encore plus populaire » et rajoutant un ironique « Dieu merci, nous nous en allons ! »

Les députés européens seront amenés à se prononcer sur la candidature de Ursula Von Der Leyen ce mardi 16 juillet à 18h via vote à bulletins secrets.

Rédaction : Pierre KIR depuis Strasbourg 

Publication : Luc LE HENRY

© Dynamyk

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article